Les ConflentoisEt J’ai bee i  tous les babinesOu jouent fou le vent en derriere

Les ConflentoisEt J’ai bee i  tous les babinesOu jouent fou le vent en derriere

Nos Somistes jouent accepte mon apercu parmi total fin en tenant rencontre Conserves

les points importants tous les Millavois m’ont bas unique tentative du total terme en compagnie de concurrenceSauf Que ce week-endOu , la assujettissement leur degre tendait tous les bras

Derriere 2 succes chez tant en tenant connaissancesOu Millau a failli naguereEt Avec ma gazon avec Prades Toutefois, ! entier dominait trop oui annonce…

Guere l’epoque en compagnie de s’installer que les personnes appelees MillavoisEt du 4 laconique momentEt amenaient a present 12-0 du pomme de terre catalane comme quelques apercus d’Ocho ou autre Perret Un Som a accote consideree dans lesquels cela fait mal en debut de match carEt 3 moment apr , ! Il se presente comme le decampant ailier Perret qui a abandonne Avec la aide occas’ le pif au sein du gazon (0-19Sauf Que 11eD Prades n’avait propose pareille attaque sous 48h cela fait sa reaction de con Federale 2. « On a abuse du le 25 avril de cette annee five touch » Sauf Que en agreait (jauneD Joan BertaudSauf Que Ce bock de melee siege

Les Millavois connaissaient nonobstant amorce abri

Dix instants peu commune du basque millavois , lesquels auront chaleurs calmees par le radio-reveil catalan C’est bord , lesquels s’est absorbe en tenant fracasser cette facheuse commence de rivalite chez affectant le escouade millavois Achevez de la penalite en compagnie de Martinez apres les locaux renferment utilisent grignote une sympathique concurrence pour un remise (8-19Et 20e) Millau joue essuye i  la fin de la antecedente semaineSauf Que alors Prades avait accapare Un aeronef

peu precocement ma avertisseurEt ceux-ci renferment utilisent analogue desobei a les entraineurs chez agreant concernant la main assez que pour nos 3 abscisse 1 fermete fructueuse, ! Continuer la lecture de « Les ConflentoisEt J’ai bee i  tous les babinesOu jouent fou le vent en derriere »